Les non-dits de la presse par Alain Duchesne

Article issue de la Voix du Nord du 20 mai 2017 …/…

… Autant d’éléments qui en faisaient un candidat très crédible… et d’ailleurs un candidat tout court, jusqu’à la veille de l’annonce des investitures. «  J’ai reçu mercredi 10 mai dans la soirée un appel d’En Marche me demandant de confirmer que j’étais prêt à m’engager dans les législatives. C’était fait  ».

« La vérité c’est qu’En Marche ne veut pas que Bayrou puisse avoir un groupe parlementaire à l’Assemblée. »

L’équipe de campagne d’Alain Duchesne, qui travaille avec lui depuis plusieurs semaines, prend alors des contacts pour organiser le travail avec le comité de circonscription.

Mais le lendemain, c’est la douche froide. «  J’ai cru à une erreur. Il y en a eu plusieurs dans le pays  ». Ni les responsables régionaux d’En Marche, ni les équipes du MoDem n’ont d’explications. «  Personne ne connaissait cette Charlotte Lecocq dans le comité de circonscription. »

Alain Duchesne reprend espoir quand il constate que François Bayrou monte au créneau au sujet des investitures. «  Discuter avec En Marche, c’est parler à un mur. François Bayrou a donné une crédibilité politique à Emmanuel Macron, et en guise de récompense, il récupère quelques investitures dans des circonscriptions difficiles à gagner. La vérité, c’est qu’En Marche ne veut pas que Bayrou puisse avoir un groupe parlementaire à l’Assemblée  ».

Un élu déjà en place….

La qualité même du candidat Duchesne serait donc à l’origine du revirement dont il a été victime ? Ce n’est sans doute pas la seule explication.

Au sein du comité de circonscription, les militants En Marche n’étaient pas forcément ravis à l’idée de faire campagne pour un élu déjà en place (maire depuis 2005, Alain Duchesne a été candidat aux législatives de 2007), et privilégiaient un homme (ou une femme) « neuf ».

On peut aussi avancer l’explication de la parité  : En Marche « sacrifiant » un MoDem pour le remplacer par une candidate plus en ligne avec le mouvement…

« Candidate parachutée… »

Toujours est-il qu’Alain Duchesne ne sera pas de la bataille des législatives.Ni en première ligne, ni au côté de la candidate REM. «  J’ai décidé de respecter l’accord national signé par le MoDem, d’être en phase avec mes convictions en ce qui concerne la parole donnée et la moralisation de la vie politique. Ce qui n’est visiblement pas le cas de la candidate parachutée par le comité d’investiture  ».

 

Article issue de la Voix du Nord du 20 mai 2017

 

Partager cette page sur :