09. Revenir sur la réforme des rythmes scolaires

Notre priorité c’est l’Éducation

L’école primaire

Les difficultés rencontrées en milieu scolaire vont de pair avec celles qu’éprouve aujourd’hui notre pays. Notre système éducatif est efficace pour un petit nombre d’élèves, mais les inégalités se creusent à l’école, le déterminisme social s’accroît. La France est le pays le plus inégalitaire des pays développés, celui où le parcours scolaire des élèves à 15 ans est le plus déterminé par l’origine sociale de leurs parents. 110 000 élèves quittent chaque année le système scolaire sans diplôme et peinent à trouver un emploi.

Le cœur de notre bataille c’est l’école primaire. Dans notre circonscription, 20 % des enfants en CM2 ne savent pas bien lire, écrire et compter. Ces jeunes enfants se retrouvent perdus au collège, en échec au lycée et plus tard davantage exposés au risque de chômage de longue durée.
Tout se joue à la fin de la maternelle et au début de l’élémentaire en CP, CE1 et CE2. Or déjà à ces niveaux, notre système est en échec. 71 % des professeurs des écoles se déclarent impuissants face à ces échecs ; car sont appliqués partout les mêmes méthodes et les mêmes moyens.
Il faut redonner de l’autonomie aux écoles et revenir à des méthodes différenciées en fonction des niveaux des enfants. Il faut également des enseignants plus expérimentés dans les zones plus difficiles et les rémunérer davantage. Les enfants ont, dans les zones d’apprentissage difficile, besoin d’un suivi personnalisé : dans ces zones je souhaite limiter à 12 élèves les classes de CP et CE1, et aider financièrement les mairies qui devront réaliser des extensions de leur école.

Je souhaite encourager la lutte contre la déperdition des savoirs scolaires en proposant des stages de remise à niveau en fin d’été entre le CP et le CM2. Ils pourront être assurés par des enseignants volontaires qui seront rémunérés à ce titre.
Nous redonnerons davantage d’autonomie aux écoles et nous donnerons aux mairies, aux parents d’élèves et aux professeurs la possibilité de revenir sur la réforme des rythmes scolaires et la semaine des quatre jours.

 

 

Partager cette page sur :